Triple C

L’événement augmenté, cet outil d’accessibilité !

Ce vendredi 23 septembre, j’ai eu le plaisir d’être invité à participer à une table ronde autour d’un thème assez méconnu : « Communication & Handicap ». Elle avait lieu dans un endroit que j’apprécie particulièrement, la Maison écocitoyenne de Bordeaux. Cette rencontre était organisée par la commission « Com’Avenir » de l’Apacom.  Il s’agissait pour les différents intervenants présents de faire un retour d’expériences diverses et variées autour de projets de communication liés de près à la problématique des personnes en situation de handicap.

Des projets vraiment intéressants qui doivent nous rappeler qu’aujourd’hui en France, 1 français sur 5 est considéré comme étant handicapé.

12 millions de personnes en situation de handicap, c’est énorme.

La grande question est alors de s’interroger sur leur inclusion dans la société, sur le pourquoi sont-ils bien moins visibles que les autres ? Pourquoi peu d’actions sont déroulées en leur direction ?

 

Cela rejoint l’implication de Triple C dans la Social Good Week chaque année. Car nous pensons que le numérique peut inclure plutôt qu’exclure. Le numérique permet du lien, du partage, des croisements, de l’enrichissement personnel. La Social Good Week chaque année braque le projecteur sur ces initiatives que le numérique permet et qui font du bien au moral. Car nous croyons à la philosophie du « Et » qui rassemble plutôt que celle du « Ou » qui divise. Car nous tentons de vivre en imaginant toujours une approche systémique et globale des projets plutôt qu’une approche binaire et désincarnée.

L’événement augmenté pour moi est un outil d’accessibilité. Grâce au numérique, ce sont plusieurs murs qui s’effondrent et par les temps qui courent, pouvoir abattre des murs est un challenge qui doit nous donner de l’espoir. Quels sont-ils ces murs qui s’abattent grâce au numérique dans un événement ?

  • géographiques : plus besoin d’être sur place pour suivre un événement. On se souviendra un jour que le numérique a accéléré grandement la décentralisation, (même si celle-ci n’est jamais vraiment aboutie, car tout mouvement a tendance à se recentraliser dans notre culture de résistance jacobine).
  • temporels : plus besoin d’être présent le jour J à l’heure H pour participer et suivre un événement. L’événement augmenté c’est un travail sur la trace mémoire, sur le fameux replay. En vidéo, en tweet, en écrits, en photos, en dessins etc… La trace mémoire est la compilation de tout ce qui a pu être réalisé autour de l’événement.
  • budgétaires : plus besoin d’être équipé de car régie pour filmer en direct une conférence. Et si vraiment le budget est minuscule, regardez les chaînes info et demandez-vous si les images sont toujours extrêmement bien léchées ? Demandez-vous ensuite s’il n’existerait pas par hasard des réseaux sociaux qui proposeraient de la vidéo en direct gratuitement à partir d’un smartphone ? Puis posez-vous la question de savoir si un pied ne coûterait pas environ 40 euros, un micro environ 40 euros aussi et si cela ne serait pas suffisant pour partager un moment avec sa communauté. Je reformule cet item : plus personne n’a d’excuse pour ne pas augmenter son événement et le rendre accessible, participatif, dynamique.
  • culturels : plus besoin de sortir de grandes écoles pour comprendre ceux qui sortent des grandes écoles. L’un des métiers du e-reporter est d’être un passeur, un facilitateur entre le cerveau qui parle et l’internaute qui regarde. Ce n’est pas toujours une question de cerveau d’ailleurs mais de temps passé, de concentration de l’internaute. Le numérique oblige le cerveau bien fait habitué à s’exprimer en conférence à pouvoir répondre intelligemment en peu de mots, à redescendre les niveaux de manière à être accessible.

Un mur méconnu a tendance a s’abattre progressivement également, celui de la formation. Désormais, tout le monde peut être un mojo (un mobile journalist), un e-reporter. Tout le monde avec un peu de curiosité, de créativité et de malice.

L’avenir est au malicieux, j’en suis convaincu. 

L’événement augmenté c’est proposer d’échanger avec ce que l’on appelle pudiquement les publics empêchés. Ceux qui sont trop loin de la capitale ; ceux qui ne se sentent pas impliqués habituellement dans un événement ; ceux qui vivent dans des zones où l’internet ne va pas à la même vitesse que dans des villes importantes ; ceux qui dans un fauteuil ou dans un lit se sentent tout simplement éloignés de tout, du grand tout… alors que le monde bouge, se transforme et les oublie !

L’événement augmenté c’est permettre à tous de participer à tout.

 


 

Rédiger une réponse